7 - 10 mai 2020 | 13e édition | Porte-parole Jean-Claude Poitras
Chat-des-artistes

La virée des ateliers

Artistes, artisans, designers de mode et autres créateurs de la rue Parthenais ouvrent les portes de leur atelier pour des expo-ventes. Le prochain événement se tiendra à l'automne 2020 (dates à confirmer) sur la rue Parthenais, dans La Grover, le Chat des artistes et la Coopérative Lézarts.

Depuis plus de 10 ans, en moyenne 8000 visiteurs participent au rendez-vous annuel, lors du mois de mai !

Cet événement est hors du commun puisque ce sont plus d’une centaine de créateurs qui donnent accès à leur lieu de travail et de création. Situés dans trois bâtiments différents, venez découvrir les lieux de naissance de leurs œuvres. Il y en a pour tous les goûts !.

Depuis 1994, l’usine Grover, ce bâtiment industriel de quatre étages, rassemble le plus grand nombre d’ateliers d’artistes, d’artisans et de travailleurs culturels du quartier.

Inauguré en 2008, le Chat des Artistes est situé à quelques pas au nord de l’édifice Grover et regroupe plus de 40 ateliers répartis sur 3 étages.

Puis en face, la Coopérative d’habitation d’artistes Lézarts présente une sélection choisie de ses 33 résidents, dans sa propre galerie d’art.

VOIR LA BROCHURE !

jean-claude-poitras
Signature_JCP-noir

Jean-Claude Poitras est le porte-parole de la Virée depuis 2019. Il crée depuis 1972 une œuvre remarquable. Chef de file de la mode canadienne, véritable ambassadeur reconnu dans le monde entier, il a présenté ses collections sur les plus grands podiums internationaux, ce qui lui a valu une reconnaissance nationale et internationale, des prix Moda del Amo en Californie au Fil d’or à Monte-Carlo, du ARC Award à Toronto à la Griffe d'or à Montréal. Il s'est également vu décerner l’Ordre national du Québec ainsi que l’Ordre du Canada. Tout au long de sa carrière, ses talents de communicateur l’ont amené à être très présent dans les médias. À titre de conférencier et de chroniqueur, ce guide de l’art de vivre partage son amour du beau auprès d’un vaste public. Ainsi, dans la continuité d’une carrière prolifique il dit aujourd’hui avoir « une histoire à raconter, un héritage à léguer et une oeuvre à poursuivre ». À lui seul, il incarne cette mixité et ce foisonnement des arts qu’est La Virée des Ateliers !

Le conseil d'administration

CA-Viree-des-ateliers-2019-2020

De gauche à droite:

  • Julia Hall - (VÆNTRAL / Grover), secrétaire
  • Matisse Makwanda - (VÆNTRAL / Grover), président
  • France Parenteau - (Kollontaï / Grover), administratrice et coordonnatrice
  • Isabelle Desjardins - (Coop Lezarts), administratrice
  • Pierrette Comeau - (Chat des artistes), assistante trésorière
  • François Hudon - (Atalante Artiste / Grover), trésorier
  • Claudine Khelil - (Voies culturelles des faubourgs / membre de soutien), membre de soutien et administratrice
  • Michel Boisvert - (membre de soutien), archiviste et administrateur
  • Vito Papasodaro - (membre de soutien), propriétaire Grover et administrateur
pôle des faubourgs

Pôle de création des faubourgs

L'arrondissement Ville-Marie affirmait dès 2009 l'existence du « Pôle de création culturel des Faubourgs » et a reconnu la culture comme moteur de développement économique pour les quartiers Sainte-Marie et Saint-Jacques. Cela fut réaffirmé lors de l'établissement du Plan Particulier d'Urbanisme (PPU), puisque le zonage de la rue Parthenais a été défini comme secteur d'emploi, notamment du fait de la concentration des travailleurs culturels.

Les Faubourgs démontrent en effet une grande vitalité entrepreneuriale dans le domaine des arts et de la culture. On y dénombre plus de 300 organismes, entreprises et lieux de diffusion qui emploient près de 7500 personnes œuvrant ainsi dans le secteur de la grande économie culturelle. Nous y trouvons plusieurs boutiques-ateliers et commerces ouverts sur rue.

Ce pôle de création est unique et il incarne un laboratoire expérimental de choix pour la relève et l'avant-garde. Au cœur de ce pôle, la rue Parthenais est devenue un point névralgique. Elle se démarque par une concentration importante d'ateliers d'artistes, artisans et designers de mode. La Grover et le Chat des artistes sont des lieux viviers de la création montréalaise actuelle, tandis que la Coop Lézarts confirme sa vocation créative en alliant galerie d’art, résidences et ateliers de production.

Grover

La Grover

L'édifice Grover a été construit en 1923, au nord de la prison du Pied-du-Courant et près du Stade de Lorimier, dans un quartier ouvrier rempli de petites échoppes de métiers où les artisans apportaient leurs productions aux manufactures.

Anticipant une augmentation de ses activités, l'usine textile Knit-to-Fit érigeait une deuxième aile en 1941. Dans les années 1950, l'usine employait plus de 500 personnes dans la fabrication de vêtements. En 1970, Marvin Grover, le fils du fondateur, et son épouse font revivre l'usine en fabriquant des vêtements pour dames. Toutefois, en 1993 la concurrence internationale de plus en plus féroce conduit à la fermeture de l'usine.


À partir de 1994, l'édifice est transformé en espaces locatifs pour de petites entreprises. Ses nouveaux occupants, des travailleurs autonomes et des petites entreprises culturelles ou industrielles, y ont trouvé une fenestration généreuse, des pièces hautes et éclairées, des planchers solides en « mill run » pouvant recevoir leurs équipements, et ont ainsi redonné vie au bâtiment, tout en poursuivant la tradition de création et de maintien des emplois, dans un quartier dévasté par la fermeture d'usines et la disparition d'entreprises.

 

C’est en 2004, lors de l’annonce du projet de transformation de l’usine Grover en complexe résidentiel, qu’un regroupement de créateurs se forme au cours des deux années que durent les démarches, pour acquérir et protéger la vocation culturelle de l’immeuble. Malgré tous les efforts déployés, en juin 2006 l’usine Grover est devenue la propriété d’un promoteur privé, Les Immeubles Grover S.E.C. Néanmoins, il conserve depuis la vocation créative du bâtiment, entre autres grâce à l’intervention de la ville qui a finalement défini le zonage de la rue comme un secteur d’emploi. Le cas de l’usine Grover a fait couler beaucoup d’encre. Il fut l’occasion pour les autorités publiques et nombre de citoyens de prendre conscience de l’importance des ateliers d’artistes pour la vitalité culturelle de Montréal, mais aussi de l’impact positif de la présence des créateurs dans les quartiers où ils s’installent.

L'édifice Grover, situé entre la Grande Bibliothèque et la Maison de la culture Frontenac, est aujourd'hui le bâtiment industriel qui rassemble le plus grand nombre d'ateliers d'artistes et d'artisans, sur plus de 200 000 pi2, dans le pôle de création culturel des Faubourgs. S'y trouvent également des architectes, des infographistes, des compagnies de théâtre et de cinéma, des éditeurs, des entreprises connexes de service et des groupes communautaires qui sont très impliqués dans le quartier Ville-Marie, ce qui en fait une immense ruche débordante d’activité. C'est cette mixité de travailleurs culturels et d’artistes qui font de tels lieux de véritables « pôles culturels » dans Montréal.

.

Chat des artistes

Premier projet des Ateliers créatifs Montréal, le Chat des Artistes est un immeuble dédié à la création pour artistes, artisans et organismes culturels. Inauguré le 4 décembre 2008, cette ancienne usine textile des années soixante est aujourd'hui devenue un lieu unique de synergie créative de 30 000 pi2 répartis sur trois étages, avec 46 ateliers et plus de 65 artistes, artisans et organismes culturels créant à ce jour une centaine d'emplois contractuels ou réguliers dans plus de 25 pratiques artistiques.

 

Ateliers créatifs Montréal est un organisme à but non lucratif mis sur pied afin de contrer l’exode des artistes des quartiers centraux de Montréal. Sa mission est de soutenir la création en développant et pérennisant des lieux qui y sont dédiés; notamment en offrant en location des espaces de travail abordables, adéquats et exempts des risques liés à la spéculation immobilière; aux artistes, artisans et organismes culturels. ACM valorise ainsi l’importance de maintenir les créateurs dans les quartiers qu’ils ont contribué à revitaliser.

 

Grover

Coop Lézarts

La Coopérative d'habitation Lézarts est un regroupement d'artistes en arts visuels et médiatiques ayant recyclé une usine textile du quartier Centre-Sud de Montréal, en 33 logements à coût abordable. Elle est à la fois un lieu d'habitation, de création, de production et de diffusion, favorisant le développement de la carrière artistique des résidents. Depuis sa fondation, la coopérative a répondu aux besoins en logement de plus de cinquante artistes. 

 

C'est une ancienne usine de vêtements pour enfants, la Manhattan Children's Wear, qui a été transformée en logements, tous différents les uns des autres. Un appartement est loué par le Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ) pour y loger un artiste international, et 17 autres sont des logements sociaux. La configuration des espaces permet à quelques artistes d'intégrer un lieu de production à leur domicile.

À ces unités s'ajoute une salle de diffusion, appelée La Chaufferie, où peuvent exposer les artistes de la coopérative. La Chaufferie est aussi le nom de l'organisme, en parallèle de la coopérative, qui a pour mission de diffuser les œuvres des artistes de la coopérative et stimuler l'effervescence des projets artistiques dans le quartier.